Retour sur le séjour lorrain du séminaire en formation doctorale franco-germano-gréco-turc



Retour sur le séjour lorrain du séminaire en formation doctorale franco-germano-gréco-turc
Fondé en 2009 et organisé successivement à Athènes puis Istanbul, le séminaire de formation doctorale franco-germano-gréco-turc, a vu l’organisation de son troisième et dernier volet en Lorraine et en  Rhénanie-Palatinat.

Initié par l’IRICE du CNRS, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, l’Université de Mayence, l’Ecole français d’Athènes et l’Institut français d’Etudes anatoliennes, ce séminaire d’une vingtaine de doctorants français, allemands, grecs et turcs s’est déroulé en Lorraine et en Rhénanie-Palatinat du 13 au 23 septembre 2011 autour du thème principal « le rôle des sociétés civiles dans les processus de rapprochement et de réconciliation » (France-Allemagne/Grèce-Turquie). Pour le dernier volet de ce séminaire, le sous-thème abordé portait sur les frontières et les relations transfrontalières et avait notamment pour objectif d’analyser, à travers le prisme de l’histoire, la frontière des Etats et la façon dont les populations des régions frontalières vivent et pensent la frontière.

Coordonné par Corine Defrance, chercheuse au CNRS et auteur de nombreux ouvrages remarqués sur la coopération franco-allemande, par Pia Nordblom et Michael Kissener de l’Université de Mayence, ce séminaire fut particulièrement dense durant sa semaine en  Lorraine. Plusieurs rencontres eurent lieu abordant à la fois toute la richesse et toute la spécificité de la relation franco-allemande en Lorraine. 

La dimension politique
Reçus par Joël Berger, Directeur Général des Services de la Région Lorraine (Conseil Régional de Lorraine), une collectivité territoriale majeure dans le domaine de la coopération franco-allemande au niveau national, les doctorants ont pu appréhender l’action, bilatérale et transfrontalière de la Région Lorraine qui entretient des relations quotidiennes avec ses voisins de Sarre, de Rhénanie-Palatinat mais aussi de Wallonie et de Luxembourg au sein de cette coopération transfrontalière dénommée « Grande Région ». La Grande Région dont la Région Lorraine a la présidence jusque fin 2012.

Les doctorants ont pu à cette occasion également visiter l’Hôtel de Région, qui vit le Maréchal Foch faire ses études (lorsque cet Hôtel fut occupé par les Jésuites), et qui servit également d’hôpital aux prisonniers français blessés (ainsi que des soldats russes, anglais et américains) entre 1914 et 1918, et  de centre de rapatriement et d’accueil temporaire aux rescapés français des camps de concentrations ou d’exterminations nazis en 1945. Bref, un lieu symbolique aussi de l’histoire franco-allemande.


Retour sur le séjour lorrain du séminaire en formation doctorale franco-germano-gréco-turc
La dimension historique/mémorielle
Un voyage d’études fut organisé à Verdun : visites des Eparges, de l’Ossuaire de Douaumont, le tout coordonné par l’équipe de la Mission Histoire du Conseil Général de la Meuse dirigée par Serge Barcellini, Contrôleur Général des Armées, ancien directeur Général de l’Office national des Anciens Combattants (ONAC).  Des visites qui ont fortement marqué les esprits notamment les doctorants grecs et turcs qui venaient pour la première fois sur cette terre où se déroulèrent des d’affrontements terribles en 1916.

Enfin, le dimanche, avant de partir en Rhénanie-Palatinat, les doctorants se sont arrêtés devant le monument aux Morts de Metz pour entendre l’éclairage d’André Masius, Président du  Souvenir français de Metz, sur la construction de ce monument inédit (puisqu’il ne représente pas de soldats) ainsi que sur les commémorations en Lorraine.

Retour sur le séjour lorrain du séminaire en formation doctorale franco-germano-gréco-turc
La dimension militaire
Malgré les réformes militaires, Metz reste encore une ville où la Défense occupe une place de choix. En témoigne l’arrivée en juin dernier d’une unité de la Brigade franco-allemande, le 3ème Régiment de Hussards. Les doctorants ont été invités par le Général Pascal Péran,  Gouverneur militaire de Metz, pour un échange.

Après une visite du  magnifique Palais du Gouverneur, et une présentation de ses fonctions, le Général  Péran fit une surprise aux doctorants en les invitants à descendre dans les fondements du Palais. Une descente de plus de quinze mètres sous terre, et notamment d’un escalier datant de 1515… Bref un rare privilège qui fut particulièrement apprécié par les doctorants.


Vu la richesse des échanges durant leur passage lorrain, nul doute que la publication des travaux des doctorants, français, allemands, grecs ou turcs, qui verra le jour d’ici quelques mois, ne passera pas inaperçue. i-defense.org ne manquera pas de vous en informer dès sa parution.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...