Loi de programmation militaire : les effectifs de la Défense sacrifiés ?



Imaginons un ministère.

Prenons celui de l’Éducation nationale, où la moitié des personnels aurait été supprimée en l’espace de vingt ans.

Imaginons, la révolution qu’il y aurait eu en France. Ça c’est pour la fiction. Prenons maintenant le Ministère de la Défense, où la moitié des effectifs de ce dernier aurait disparu en l’espace de vingt ans. Impossible, diriez-vous ? Pure spéculation de pacifistes. Faux. C’est bien la triste réalité. Implacable.

Entre 2000 et ce qui est prévu pour 2019 par la future loi de programmation militaire (LPM), la moitié des effectifs aura fondu comme neige au soleil.

En 2000, les effectifs du Ministère de la Défense étaient de 479 996. En 2019, ils ne seraient plus que 242 300. Cette projection sera l’un des enjeux de la future LPM qui est actuellement débattue au Parlement. Et l’enjeu est de taille : il s’agit ni plus, ni moins de l’avenir de la Défense de notre pays, de l’avenir de notre indépendance et de notre souveraineté (du moins ce qu’il en reste).

Depuis des mois, différentes sorties du Ministre de la Défense ont tenté de rassurer à la fois la communauté « défense » et les élus sur cette question qui reste vitale pour notre pays mais qui échappe souvent aux citoyens en armes devenus au fil du temps des citoyen-consommateurs de la mondialisation qui n’ont que peu de connaissances ou d’intérêt pour la chose militaire alors qu’elle garantit en réalité leur liberté.

Or à la vue des chiffres publiés par le Ministère de la Défense, et repris par Ouest France, on ne peut que se poser des questions sur le sort qui est réservé à la Grande Muette depuis deux décennies. Certains considèrent qu’on est en train de tuer notre Défense et donc notre capacité à assurer la Défense de nos concitoyens. Ont-ils vraiment tort en considérant le monde tel qu'il est : dangereux ?

Aucun autre ministère n'a subi un tel choc depuis deux décennies. Le fait que les militaires soient soumis au devoir de réserve et qu’ils ne puissent être représentés par des syndicats traditionnels n’y est peut-être pas pour rien. Le problème, grave, soulevé par cette érosion d’effectifs est que nos gouvernements n'ont pas été capables d'investir, grâce aux économies faites avec la réduction d’effectifs, dans du matériel pour les troupes, dans des ressources fondamentales pour l'indépendance et la souveraineté de notre pays. On a pu le voir en Afghanistan et on le constate encore aujourd’hui au Mali. La Défense semble devenue une variable ajustable en fonction de l'humeur politique du moment, de l'élection à venir ou de l'état des finances de notre pays !

Si la LPM devait être votée en l’état par le Parlement, on pourra en 2019 profondément douter de la capacité de notre pays à assurer sa, notre propre sécurité.

Le budget de la Défense doit être une priorité nationale et absolue à l'heure où les grands pays sont en train de s'équiper. Le monde est instable, le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale l’a rappelé. Une preuve supplémentaire de cette instabilité : nos soldats sont de plus en plus déployés à l'étranger. On sait très bien où sont les dangers. Mais les moyens ne suivent visiblement pas et ne suivront pas simplement par tactique politicienne, par absence de vision, par démagogie, par stupidité ou par renoncement.

L'Europe de la Défense n'existe pas et n'existera jamais, nos partenaires européens réduisent leur budget Défense depuis des années. La France sera seule une nouvelle fois face à son destin. On connaît où les errements des années 30 nous ont conduits. Espérons qu’il ne soit pas trop tard pour changer de cap. Le monde ne nous attendra pas.




Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...