Présence militaire en Afghanistan : un sondage qui fait mal



Présence militaire en Afghanistan : un sondage qui fait mal

Selon un sondage réalisé par IFOP pour le quotidien l’Humanité, 70% des personnes interrogées sont "plutôt ou tout à fait opposées à l’intervention militaire française en Afghanistan". Seuls 29 % y sont favorables.

Cette enquête d’opinion confirme ainsi les précédents sondages qui avaient témoigné d’une opposition de plus en plus forte des Français à l’égard de l’intervention militaire française en Afghanistan (64 % en 2009, 44 % en 2001).

Bien qu’un tiers des sondés ne se soient pas prononcés, ce sondage témoigne néanmoins de la difficulté rencontrée par le Président de la République, du Gouvernement et du Parlement de vanter auprès des Français les "mérites et les bienfaits" d’une intervention militaire française en Afghanistan aux côtés des Américains, alors même que le Chef d’Etat-Major des Armées, l’Amiral Edouard Guillaud, a annoncé le 4 juillet dernier l’envoi de 250 soldats français supplémentaires en Afghanistan portant ainsi leur nombre à 4 000, sans qu’il n'y ait eu le moindre débat parlementaire à ce sujet.  

Malgré quelques efforts faits par le Ministère de la Défense en matière de communication, notamment sur son site internet, il faut en réalité constater que trop peu d’informations parviennent à franchir tant les médias traditionnels, qui restent aujourd’hui uniquement focalisés sur la détention de deux journalistes français en Afghanistan, que les boîtes e-mails des associations touchant à la Défense, qui permettraient d’être de précieux relais non pas en faveur d'une propagande politique mais d’informations sur les enjeux de la présence militaire française en Afghanistan et sur les conditions de vie de nos soldats là-bas, permettant ensuite à chaque Français d'être informé et de se faire sa propre opinion sur cet engagement français en Afghanistan. La Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense (DICOD) produit un grand nombre de supports remarquables transmis aux différents SIRPA, mais force est de constater qu'ils ne sont pas "ventilés" par ces derniers à destination des acteurs du lien Armées-Nation qui sont de précieux relais. A travers ce sondage, c'est aussi la politique de communication de nos Armées qui peut être légitimement pointée du doigt.

Cette guerre, qui ne dit pas son nom et qui se déroule loin de la France, n’est pas sans avoir certaines similitudes avec une autre guerre passée, l’Indochine : une guerre éloignée de la France, une guerre faite par des professionnels, une guerre de moins en moins populaire, une guerre quasi absente des médias, une guerre où des soldats français meurent dans l’indifférence de la population française.

Le fait de voir les Français prendre leur distance avec ce conflit pourrait avoir de sérieuses répercussions sur le lien Armées-Nation, notamment pour ce qui touche la transmission de la mémoire de nos soldats français tombés en Afghanistan et ailleurs (à quand un travail de l’Office national des Anciens combattants sur ce thème?), mais aussi sur la capacité de la France à recruter suffisamment de nouveaux soldats dans les années à venir pour aller renforcer les dispositifs en Afghanistan.

Ce sont là quelques questions pour l’avenir que permet de nous poser ce sondage IFOP auxquelles il conviendra d’apporter très prochainement des réponses, faute de voir le lien armées-nation définitivement rompu.

L’Amiral Edouard Guillaud, affirmait le 4 juillet dernier que 2010 allait être "une année charnière ", il ne pensait pas si bien dire.

Gregory Dufour
Président du Cercle Esprits de Défense
ancien auditeur de l'Institut des Hautes Etudes de Défense nationale (IHEDN) 

Participez à notre sondage : "approuvez-vous l'envoi de 250 soldats français supplémentaires en Afghanistan décidé le 4 juillet dernier, portant ainsi leur nombre à 4 000 ?"







1.Posté par puleo le 25/07/2010 23:25
Je suis tout à fait daccord,
C'est une trés bonne decision d'une part pour le moral de nos soldats dejà sur place et pour les français qui actuellement en France desirant servir leur pays à l'etranger.
Pourquoi, les soldats ne sont pas equipés d'un PA comme l'armée Americaine ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...