Pour que le Musée de l'Infanterie s'installe en Lorraine



Pour que le Musée de l'Infanterie s'installe en Lorraine

Dans le cadre de la restructuration de nos forces armées, le départ en 2010 de l’Ecole d’application de l’Infanterie (EAI) de Montpellier pour Draguignan doit entrainer le transfert très prochain du prestigieux Musée de l’Infanterie actuellement rattaché à l’Ecole. Les collections du musée, situé sur l'emprise de l'EAI, sont en conséquence aujourd'hui conservées au détachement de la 13ème base de soutien du matériel à Saint-Astier, dans l'attente de l'ouverture d'un nouveau musée.

Le ministère de la Défense est actuellement à la recherche d’un lieu permettant d’accueillir ce Musée fréquenté chaque année par près de 20 000 visiteurs. Ce sont du moins les éléments qu’il a transmis le 8 février dernier au député Bruno Bourg-Broc, suite à une question de ce dernier en automne dernier (question n°92198). « Les services du Ministère de la Défense et des Anciens combattants ont à ce jour examiné plusieurs projets d'implantation, au regard de critères d'analyse tels que l'implication financière des collectivités locales intéressées, l'existence d'espaces suffisants pour accueillir la totalité des collections et l'histoire militaire des villes candidates. Dans ce contexte, un intérêt particulier est porté à la proposition, émanant de la commune de Neuf-Brisach, d'aménager le musée de l'infanterie dans un bâtiment du XVIIIème siècle situé au cœur de la citadelle Vauban. Un conseil scientifique, spécialement chargé d'étudier ce projet et de définir le contenu scientifique et culturel du futur musée, a ainsi été créé au mois de décembre 2009. Ce comité, essentiellement composé de spécialistes des domaines de la culture et de la défense, remettra prochainement la synthèse de ses travaux au ministre de la défense et des anciens combattants. »

Dans la mesure où la Région Lorraine est une région au riche passé militaire ayant vu sur son sol de nombreuses unités de l’Infanterie et qu’elle reste la région la plus impactée par la nouvelle carte militaire, il aurait été plus que judicieux de voir cette dernière accueillir ce Musée.

La Lorraine dispose, au-delà de sa très riche histoire militaire, de très nombreux atouts pour accueillir ce prestigieux musée ; des atouts qui permettront notamment d’augmenter de façon importante la visibilité de ce Musée, et donc sa fréquentation, et de participer ainsi tant au renforcement du lien Armées-Nation qu’au développement de la Lorraine. Je n’en citerai que quelques-uns :

 

-          la Lorraine est une région de tradition pour l’Infanterie qui s’illustre encore aujourd’hui à travers la présence sur son territoire de trois régiments d’infanterie : le 1er Régiment d’infanterie de Sarrebourg (Moselle), le 16ème Bataillon de Chasseurs de Bitche (Moselle), le 1er Régiment de Tirailleurs d’Epinal (Vosges). A noter également l’installation d’un régiment de cavalerie, celui du 3ème Régiment de Hussards, qui sera pour sa part définitivement installé à Metz cet été. La présence de ces unités et d’autres serait un atout pour le développement et de fréquentation du Musée.

 

-          de nombreuses emprises militaires sont ou seront très prochainement disponibles dans l’agglomération messine notamment avec la suppression ou le transfert d’unités, emprises qui seraient parfaites pour y installer le Musée de l’Infanterie.

 

-          la Lorraine accueille à Metz depuis mai dernier le tout nouveau Centre Pompidou à Metz, dont le succès est d’ores et déjà au rendez-vous avec plus de 650 000 visiteurs. L’implantation du Musée de l’Infanterie à Metz lui permettrait de bénéficier de toute la dynamique suscitée par le Centre Pompidou.

 

-          l’arrivée du TGV, il y a trois ans à Metz, et l’augmentation des capacités des TER lorrains qui dépassent, faut-il le rappeler, nos frontières (Sarre et Luxembourg), ont incontestablement permis de renforcer l’attractivité de la Lorraine tant d’un point de vue culturel, économique, touristique ou universitaire. Le Musée de l’Infanterie se doit d’être placé sur un site bénéficiant d’infrastructures et de capacités d’accueil modernes au cœur d’une ville importante et d’une agglomération dynamique. L’agglomération messine pourrait donc s’y prêter parfaitement.

 

-          la proximité directe de la Lorraine avec ses voisins allemands, luxembourgeois et belges permettra de donner au Musée de l’Infanterie une réelle visibilité européenne à travers notamment la mise en place d’une mémoire partagée qui pourrait ainsi donner au Musée une dimension et un contenu supplémentaires.

 

-          l’importance, la richesse et le dynamisme de la communauté « Défense » en Lorraine (personnels civils et militaires de la Défense, anciens combattants, réservistes, associations patriotiques, trinôme académique, association régionale de l’IHEDN,…) permettrait également au Musée de développer ses activités et sa fréquentation.

 

La Lorraine et  Metz, qui restent, de loin, les territoires les plus touchées par la restructuration militaire, se doivent de pouvoir accueillir un musée militaire aussi important que le Musée de l’Infanterie, rappelant ainsi leur profond attachement à nos Armées et leur volonté de transmettre aux plus jeunes générations une mémoire combattante, qui est actuellement entrée, comme on le sait, dans une phase de réforme avec la suppression, de Lorraine notamment, des délégués à la mémoire combattante des services départementaux de l’Office national des anciens combattants. Une réforme qui fait craindre, parmi de nombreux acteurs lorrains, un désengagement de l’Etat en faveur de la mémoire combattante en Lorraine. 

L’installation du Musée de l’Infanterie en Lorraine permettrait de prendre en considération une spécificité historique régionale et nationale et de renforcer concrètement le lien Armées-Nation tout en permettant le développement touristique, culturel et économique si essentiel aujourd’hui alors que cette Région subit lourdement depuis plus d'un an les effets de la crise financière internationale ainsi que ceux liés au désengagement de l'Etat. Cette installation doit enfin pouvoir s’inscrire dans le cadre des compensations liées au départ de Lorraine de très nombreuses unités militaires et des importantes suppressions de postes notamment dans les services déconcentrés de l’Etat, pénalisant une nouvelle fois, cette Région.

Ces éléments ont fait l'objet d'un courrier adressé au Ministre de la Défense et des Anciens Combattants par le Cercle Esprits de Défense.








1.Posté par JOSSE Francis le 17/03/2011 09:01
Et ce ne serait que justice ! Le Musée prestigieux de l'Infanterie trouverait toute sa place en Lorraine, pays de tradition militaire depuis des siècles. Il ne manque pas de structures d'accueil dans la région. Un "vieux" régiment, le 1er R.I. veillerait à la préservation de la Mémoire. Je vote pour ! Cordialement. Capitaine (H.) Francis JOSSE Délégué "Nord - Pas-de-Calais" du Burnous - Association amicale des Spahis

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...