Livre militaire de rentrée : « Les bastions de l’Est : de Boulanger à de Gaulle »



Livre militaire de rentrée : « Les bastions de l’Est : de Boulanger à de Gaulle »

Le mois est de septembre est souvent synonyme de rentrée scolaire mais aussi, il convient de ne pas l’oublier, de rentrée littéraire.

Parmi la pléiade d’ouvrages à découvrir, l’un se distingue tout particulièrement pour le passionné d’histoire militaire. « Les bastions de l’Est, de Boulanger à de Gaulle » fait en effet partie de ses livres militaires incontournables de la rentrée.

Faisant suite à un colloque organisé au Centre mondial de la Paix à Verdun, cet ouvrage a été co-dirigé par Frédéric Schwindt, auditeur de la 170e session en régionale de l’Institut des Hautes Etudes de Défense nationale (IHEDN) et d’Alain Lacan. La remarquable préface (voir ci-dessous) du regretté Philippe Séguin ne peut que garantir tout le sérieux et tout l’intérêt de ce livre.

Préface de Philippe Séguin :
« Pour un homme né en Tunisie et qui fit de la Lorraine la terre de ses premiers engagements politiques, préfacer ce bel ensemble d'études sur « les bastions de l'Est » est une tâche ardue, mais exaltante. Mais après tout, Maurice Barrès, qui popularisa l'expression dans sa célèbre série romanesque d'avant 1914, n'était lorrain qu'à moitié et adhérait à bien plus qu'un terroir ; il donnait, avant toute chose, son adhésion à une histoire et à un esprit, comme il l'écrivait au début de Colette Baudoche à propos des « gens de Metz » : « de vieux civilisés, modérés, nuancés, jaloux de cacher leur puissances d'enthousiasme ».

L'Histoire est le premier objet de cet ouvrage. Et cette histoire est faite d'épreuves inouïes et de très grandes manifestations de courage, dont les Lorrains, comme j'ai souvent eu l'occasion de le constater, portent le souvenir dans leur chair et dans leur âme. Car dans ce mot de « bastion », il y a plusieurs époques guerrières, il y a cette dimension défensive, militaire, fortement patriotique, cette empreinte profonde de la guerre, de l'occupation et de leurs souffrances... Et pourtant, il suffit de connaître un peu la Lorraine et les Lorrains, qu'ils soient de Metz, Nancy, EpinaI ou d'ailleurs, pour en mesurer la charge affective et presque intemporelle. Les bastions de l'Est symbolisent l'attachement d'un peuple éprouvé à sa terre natale, avant-poste d'une nation, d'une communauté humaine où il veut inscrire farouchement son destin. La démocratie, la liberté, la capacité de construire, ensemble, un avenir commun ne peuvent vivre sans un sentiment d'appartenance forte.

Aussi avons-nous les Lorrains de souche et les Lorrains de cœur. Les personnalités évoquées dans ces pages sont diverses, elles ne sont pas toutes lorraines ni de la même envergure, leurs idées ont souvent été bien différentes ou même divergentes. Mais elles ont toutes en commun d'avoir compris ceci : ces bastions de l'Est, ce sont les nôtres, ce sont ceux de la France toute entière. Ce sont les bastions d'une France à la fois réelle et rêvée, qui n'est pas arc-boutée sur la seule défense de son territoire, mais est portée aussi par la volonté de défendre et propager ses valeurs. Au temps jadis, nos ennemis ont pu être allemands : ceci est daté, mais glorieux et porte tous les enjeux de la mémoire. Ce qui est sans âge, en revanche, et toujours d'une actualité brûlante, c'est la tentation du renoncement. Du renoncement à soi­ même, à ce qu'on a été, à ce qu'on est, à ce qu'on voudrait être. Comment s'étonner, dès lors, que le général de Gaulle, ce Français si enraciné et pourtant si universel, se trouve au cœur des travaux ici réunis ? Il manquait un « prince lorrain » à Albert Thibaudet dans son magnifique ouvrage de 1924. Gageons que le général, cet homme du Nord et du monde entier, habité par l'Histoire et ses leçons de volonté, qui scella la réconciliation franco-allemande sur les bastions de l'Est, avait compris le vrai sens de ce qui était en jeu. Nos vrais bastions ne sont autres que la conscience et la fierté de ce que nous sommes, la pleine possession de notre histoire, la pleine compréhension de notre présent, la pleine confiance dans notre avenir. Notre pire ennemi, c'est nous-mêmes et l'éternelle tentation de la faiblesse et du compromis.

C'est tout le sens de la politique, la vraie, et ce n'est pas le moindre mérite de ces pages, à travers la force de leurs évocations historiques et littéraires, que de nous le rappeler avec une belle insistance.
 »
Philippe Séguin,  Ancien Ministre et Maire d'Epinal, Premier Président de la Cour des Comptes

« Les bastions de l’Est : de Boulanger à de Gaulle »
sous la direction d’Alain Lacan et de Frédéric Schwindt
Editeur Gérard Louis
Format 17 x 24 cm
176 pages imprimées en quadrichromie
Couverture brochée / rabats
Prix public TTC : 21,90 euros
ISBN : 978-2-35763-017-8






Dans la même rubrique :
1 2 3

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...