Le lycée militaire de la Flèche a l’honneur



Le lycée du Prytanée militaire de la Flèche, dont sont issus de nombreuses personnalités (le Général Jean-Louis Georgolon, Chef d'Etat-Major des Armées, ou l'Amiral Alain Oudot de Dainville, ancien Chef d'Etat-major de la Marine, Caroline Aigle, polytechnicienne et première femme pilote de chasse dans l'Armée de l'Air française pour ne citer qu'eux) a été mis à l'honneur lors de la journée franco-allemande du 22 janvier 2008.

Participant à la quatrième édition du projet franco-allemand « Les jeunes écrivent l'Europe », organisé par l'Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) et en coopération avec l'Arpej (association régions presse-enseignement jeunesse),  3 lycéens du Lycée Prytanée militaire de la Flèche (Gaël Brancaleoni, Pierre-Athanase Savy, Jean-Baptiste Bouillie),et deux de leurs camarades allemands du Gymnasiym Wolnzach (Katharin Schatzl et Rebekka Bucher) ont décroché le premier prix qui leur a été remis à Berlin le 22 janvier dernier par
Jean-Pierre Jouyet, Secrétaire d'Etat aux Affaires européennes et Secrétaire général pour la coopération franco-allemande.

Ce groupe de lycéens ont planché ensemble sur le projet et ont rédigé un article particulièrement intéressant intitulé « L'Europe de la défense est encore timide ». 

Ce travail commun entre lycéens français et allemands a pu être réalisé grâce aux échanges réguliers qui existent entre ces deux établissements. Six jeunes Allemands sont actuellement accueillis au Prytanée. 

Voici leur article.

Il n'est déjà pas facile de parler d'une seule voix, alors quand, en matière de défense, l'Europe agit, c'est souvent à petits pas. Mais des exemples montrent pourtant que les choses évoluent. 

Profitant de notre situation spécifique, puisque nous sommes élèves dans un lycée militaire, nous avons décidé de nous pencher sur la question de la défense et de l'Europe.

Les interventions militaires menées par l'Union européenne en Bosnie-Herzégovine et en République démocratique du Congo tendent à prouver l'implication croissante de cette institution dans les opérations de maintien, voire de rétablissement, de la paix. On peut donc s'interroger sur l'existence d'une politique de défense propre à l'Union européenne, qui s'étend aux 27 pays qui la composent depuis le 1er janvier 2007.

Existe-t-il un ensemble de moyens militaires cohérents qui permettent à l'Union de sauvegarder ses intérêts en son sein et à l'étranger ? Comme le prouvent les exemples précédents, cette défense ne se limite pas à celle de l'Union : elle a également pour but d'assurer la paix à l'étranger et constitue un outil pour mettre en œuvre une politique étrangère.

Il existe des divergences importantes au plan politique, dues à des désaccords entre les Etats membres sur leur politique étrangère. La politique étrangère étant une prérogative « régalienne », il apparaît difficile d'en abandonner une partie au profit d'une autre institution. Vécu par les populations comme une perte de souveraineté, ce type de transfert est difficile à accepter !

De plus les zones d'influence dans le monde de chacun des Etats membres sont différentes et anciennes bien souvent : la France est, par exemple, très attachée à l'Afrique, l'Allemagne à l'Europe centrale et la Grande-Bretagne à une partie du Moyen Orient. Chaque Etat entretient des relations privilégiées avec certains pays et ne veut pas les mettre en péril. De cette difficulté à s'accorder sur une ligne commune en politique étrangère résulte une difficile harmonisation en matière de défense.

L'élargissement de l'Union européenne diminue également les possibilités d'unifier les politiques. Il est plus difficile de décider à 27 qu'à 15, sachant que les décisions sont prises à l'unanimité. De plus, les difficultés économiques de certains pays les empêchent de s'engager à financer une action à caractère militaire. Ces difficultés politiques ne constituent pourtant pas un obstacle aux programmes de coopération militaire entre Etats de l'Union européenne.

Ce sont d'abord des échanges de personnels militaires, et en particulier d'officiers de liaison. Ceux-ci contribuent à la communication entre les armées des pays de l'Union. Ainsi, il est possible d'échanger sur les cultures, les techniques de combat, de se concerter sur l'évolution de l'armée. « Au-delà de la coopération militaire, ces expériences sont très enrichissantes au niveau personnel », assure le commandant Ludwig, commandant de compagnie au Prytanée, qui a participé à plusieurs programmes multinationaux. Les échanges de savoirs et de militaires sont particulièrement encouragés par la France et l'Allemagne avec la création de cursus franco allemand pour la formation d'officiers de l'armée de Terre et de la Marine.

Aut
re
avancée : la mutualisation des équipements. L'hélicoptère de combat « Tigre » et l'Airbus « A 400 M », avion de transport militaire, offrent des exemples concrets de cette collaboration étroite. Non seulement elle encourage le travail entre militaires, mais elle permet aux deux gouvernements concernés de réaliser des économies substantielles.


Reste qu'une partie des blocages provient d'une opinion publique encore méfiante. C'est pour forger cette opinion européenne que les échanges scolaires sont d'une grande importance ! Le lieutenant-colonel Orthen, officier de liaison Allemagne, se veut optimiste : « La création d'une armée commune à l'Europe est possible. Mais il s'agit d'un projet réalisable à long terme ». 

Gaël Brancaleoni
Pierre-Athanase Savy
Jean-Baptiste Bouillie
Katharin Schatzl
Rebekka Buchner

crédit photo : http://fr.wikipedia.org/wiki/Prytan%C3%A9e_national_militaire



Gregory DUFOUR



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...