La Jeanne d’Arc, un symbole de l’amitié franco-allemande



La Jeanne d’Arc, un symbole de l’amitié franco-allemande

Pour une des dernières étapes d’un tour du monde commencé en fin d’année passée, la "Jeanne d’Arc" a fait escale à Hambourg du 6 au 10 mai, à l’occasion du 821ème anniversaire du port hanséatique.

Comme il est de coutume lors d’une visite d’Etat d’un navire étranger, l’arrivée du célèbre porte-hélicoptères français, actuellement sur le point de boucler sa 43ème campagne, a été saluée par 21 coups de canon.

En service depuis 1964, ce bâtiment, véritable ambassade de la Marine nationale, rejoindra à l’été l’arsenal de Brest pour y être désarmé.

Ce bâtiment reste également un véritable symbole de l’amitié franco-allemande. Qui sait en effet que la "Jeanne d’Arc" accueille à son bord depuis 39 ans un officier d’échange allemand ?

Cet officier allemand est chargé d’enseigner aux officiers élèves embarqués la navigation tactique.

Chaque année, la tradition veut que son nom soit apposé sur une plaque de cuivre accrochée à proximité de sa chambre à bord. Ce sont 33 noms qui ont ainsi été inscrits depuis 1971.

A la veille de son désarmement, la Marine française a souhaité remettre officiellement cette plaque, symbole de la longévité de l’amitié franco-allemande, au service historique de la Marine d’outre-Rhin.

Présidée par le vice-amiral d’escadre Olivier Lajous, directeur du personnel militaire de la Marine nationale, elle s’est tenue sur la plage avant de la "Jeanne d’Arc", quelques heures après l’accostage du porte-hélicoptères au cœur du port de Hambourg. L’amiral Lajous a ainsi remis au représentant du vice-amiral Witt Hauer, deputy commander, la plaque de cuivre portant tous les noms des officiers d’échange allemands ayant servi sur la "Jeanne d’Arc". Celui-ci lui a à son tour remis une nouvelle plaque, annotée "campagne Jeanne d’Arc", du nom de la mission annuelle de formation des officiers élèves, et qui sera transmise aux bâtiments qui embarqueront les futures promotions afin que la tradition perdure.

La "Jeanne" s’en est allée d’Hambourg le 10 mai pour être prochainement désarmée, entraînant dans son sillage le fameux dicton "partir, c’est toujours mourir un peu".

Article réalisé avec des sources de la Marine nationale et du Ministère des Affaires étrangères









Dans la même rubrique :
1 2 3

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...