L’Ossuaire de Douaumont en travaux jusqu’en 2014



L’Ossuaire de Douaumont en travaux jusqu’en 2014

L’Ossuaire de Douaumont (Meuse) reflète bien le sacrifice de toute une génération de soldats français et allemands tombés durant la Grande Guerre, profondément ancrée dans notre mémoire nationale, et prend, lors à chaque 11 novembre notamment, une dimension particulière.

Fondé par l’architecte Léon Azema, père du Palais de Chaillot à Paris, ce haut lieu de la mémoire nationale vit la pose de sa première pierre le 22 août 1920, neuf mois après le premier appel à souscription auquel répondirent 109 villes dont les blasons ornent les extérieurs. 13 millions de francs de l’époque furent ainsi récoltés. Les Etats-Unis donnant à eux seuls 3 millions de francs. La première pierre fut posée en grande pompe par le vainqueur de Verdun, le Maréchal Philippe Pétain et de l’évêque de Verdun, Monseigneur Ginisty. Une première officielle, car une première pose non-officielle avait été organisée par Monseigneur Ginisty, le 16 février 1919 à l’occasion du troisième anniversaire de la Bataille de Verdun. Les travaux achevés, l’inauguration officielle de l’Ossuaire fut inaugurée le 7 août 1932 en présent du Maréchal Pétain et du Président de la République, Albert Lebrun, ancien combattant de la Grande Guerre. Ironie du sort, ce sera le Président Lebrun qui appellera en 1940 le Maréchal Pétain à la présidence du Conseil avec les conséquences que l’on connait.

Plusieurs décennies après sa construction, l’Ossuaire, qui a vu défilé de plusieurs millions d’anciens combattants, de simples passants ou touristes, avait quelque peu besoin d’un sérieux lifting avant les commémorations de 2014 qui verra la France rendre hommage aux Poilus à l’occasion du centième anniversaire de la Grande Guerre.

Ainsi, depuis le mois de septembre, l’Ossuaire de Douaumont connaît le début de quatre tranches de travaux censés le restaurer entièrement d’ici 2014. La tour, haute de 46 mètres et de 204 marches, les deux ailes formant le corps de l’Ossuaire, long au total de 137 mètres et large de 14 mètres, et enfin la chapelle, seront ainsi restaurés. Ce ravalement sera en particulier co-financé par le ministère de la Défense, la direction régionale des affaires culturelles, la Région Lorraine ainsi que le Conseil Général de la Meuse.







Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...