Derniers jours pour l’exposition « il y a 50 ans le Général de Gaulle inaugurait le Mémorial du Struthof »



Derniers jours pour l’exposition « il y a 50 ans le Général de Gaulle inaugurait le Mémorial du Struthof »

Le 23 juillet 1960, sous un ciel gris, le Général de Gaulle, Président de la République française, inaugurait le Mémorial national de la Déportation, sur le site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler, au Struthof, site sur lequel est localisé le Centre européen du résistant déporté actuellement dirigé par Valérie Drechsler.

Derrière l’immense drapeau tricolore recouvrant la face intérieure de la haute flamme de pierre que le Général allait bientôt découvrir, se dressait la silhouette d’un homme amaigri, mais debout, symbole de la dignité des déportés, Hommes malgré et contre tout, contre la barbarie nazie qui voulait les réduire à néant.

Entouré de deux de ses ministres, résistants et déportés, Edmond Michelet et Pierre Sudreau, le Président de la République est venu se recueillir, au milieu d’une foule nombreuse et émue. Photographes de presse, caméras de la télévision française et caméras d’amateurs ont immortalisé le moment sur pellicule.

En 2010, nous célébrons non seulement le cinquantenaire de ce monument, mais surtout 50 années de mémoire vive et vivante, jalonnées de rencontres, de cérémonies, de réalisations muséographiques et pédagogiques, de projets. Cet anniversaire est l’occasion de présenter deux parcours de visite au cœur du musée.

Le premier est consacré à l’histoire du monument et à son inauguration par le Général de Gaulle : pourquoi ce monument ? Comment l’architecte Bertrand Monnet en est-il arrivé à ce dessin? Quels sont les symboles forts de cette flamme de près de 41 mètres de haut, phare de vigilance toujours présent devant nos yeux et à nos consciences ? (vitrines et panneaux imprimés sur toile).

Le second montre le Général de Gaulle et le souvenir de la déportation, de l’accueil des déportées de Ravensbrück à la gare de l’Est en 1945, à sa visite sur le site d’Auschwitz en 1967 (panneaux sur vinyle). Les deux parcours se rejoignent à la fin du musée… Ils s’achèvent par une sélection – parmi des milliers d’images ! – de moments forts, montrant évolution et continuité dans les cérémonies au Struthof et représentatifs d’un souvenir national et européen, vivant, fortifié, transmis de génération en génération, et au-delà des frontières.

Une exposition à visiter jusqu'au 12 septembre.

Plus d’infos sur :
http://www.struthof.fr






Dans la même rubrique :
1 2 3

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...