8 mai 1945 : Souvenir de guerre du Colonel Francis Masset



L'Aspirant Francis Masset en mai 1945
L'Aspirant Francis Masset en mai 1945

Le 8 Mai 1945, mes compagnons et moi-même du 2ème/ 6ème RIC, groupés autour de ma jeep radio, nous écoutions, silencieux, la radio française qui nous transmettait, clameurs, carillons, éclatements de pétards.

C'était la fin de la guerre...en Europe ! Nous étions stationnés sur les rives du Neckar, au Wurtemberg, près de Rottweil, conquise quelques jours plus tôt.

Après une trajectoire hors du commun, faite dans le temps, dans l'espace, dans l'Histoire de notre guerre, c'était l'aboutissement, la victoire sur l'idéologie nazie, c'était la fin d'un long chemin que tant des nôtres avaient jalonné de leur corps, donnant leur vie, par idéal, car la 1ère Armée Française et la 2èmeDB étaient uniquement composés de volontaires.

Rien de grand ne se fait sans idéal. Cet idéal, nous l'avons retrouvé dans le malheur et dans la défaite de juin 1940 - témoin actif de ces années terribles (39-45). J'eus 20 ans en août 40, avec les combats menés dans un monde d'aveugles, où malgré tout, la lumière continua d'exister, l'espoir qui nous habitait, la victoire enfin, si chèrement payée de 50 millions de morts - sur l'Europe, un voile noir s'était abattu. Pour nous, une petite étoile clignotait, symbole de la Résistance à laquelle nous appelait le Général De Gaulle. Il était l'honneur de la France.

Partout dans le monde, des forces immenses se dressaient, refusant d'accepter une défaite mille fois pire qu'une défaite militaire, refusant la défaite de l'Homme. Nous nous battions certes pour survivre, mais nous nous battions surtout pour notre Patrie, pour l'Honneur, n'acceptant pas de vivre à genoux.

Le 6 juin, le 15 août 1944, c'étaient les débarquements alliés sur les côtes normandes et de Provence. Des dizaines de milliers de soldats américains, britanniques, canadiens, polonais, belges, français, dans des combats titanesques donnèrent leur vie pour vous apporter la liberté.


Personnellement, j'étais Aspirant et Chef de section à la C.A. du 2ème / 6ème RIC au sein de la prestigieuse 9ème Division d'Infanterie Coloniale (9ème D.I.C.) et c'est ainsi que, dans la nuit du 30 au 31 mars 1945, nous (la première Armée Française) franchissons le Rhin sous un déluge de fer et de feu. Formidable retournement de l'Histoire, nous foulions le sol allemand, mais à quel prix ! Nous découvrions, incrédules et stupéfaits, la réalité des camps de concentration que nous "libérions" !

Le 8 Mai 1945, la capitulation du IIIème Reich nous surprenait à Ulm, Tuttlingen, Rottweil, Bregenz, Berchteschgaden. Nous avions fait nôtre la devise du Capitaine Henri de Bournazel "Mon âme est à Dieu, mon corps à la France, mon Honneur à moi ". Nous sommes devenus les "Rhin et Danube". 

Mais en ce 8 Mai 1945, la guerre faisait toujours rage en Extrême-Orient. Et c'est ainsi que bon nombre d'entre nous, de la 9ème D.I.C. sont tombés, là-bas, dès 1945. 

C'est également à un bien sombre anniversaire auquel je pense aujourd'hui, en effet, les 7 et 8 mai 1954, Dien Bien Phu tombait, nous y laissions 15 000 des nôtres ! Qui s'en souvient ? Moi, j'ai le Devoir d'en témoigner. Aussi, chaque 8 Mai, c'est le cœur serré que je pense à tous mes Compagnons qui n'ont pas reçu, eux de sépulture, volatilisés dans les explosions, morts dans les camps nazis et viets, abandonnés mourants dans les sables du désert ou dans la jungle, avec pour tout viatique, une cigarette et une grenade ! C'est pour eux, à eux seulement que je dédie ces quelques vers : 

 

"Ô Soldats qui reposez sous la terre lointaine
Et dont le sang versé me laisse des remords
Dites-vous simplement, c'est notre Capitaine
Qui se souvient et qui pleure ses morts
D'ici je vous revois rangés à fleur de Terre
Dans la fosse hâtive où je vous ai laissés
Rigides, revêtus de vos habits de guerre

Et d'étranges linceuls faits de roseaux tressés

Oui, mes compagnons, humblement je vous salue.
 

En conclusion, dans les guerres, il n'y a pas de vraie victoire, tout le monde y perd. 

Toutefois, nous devons toujours être sur nos gardes et c'est là que la France, porteuse de valeurs chrétiennes, des Droits et des Devoirs de l'Homme, peut et doit jouer un grand rôle à la mesure de son Histoire. 

A méditer. 

Le Colonel (er T.D.M.) Francis Masset
Grand Officier de la Légion d'Honneur
Médaille Militaire pour fait de guerre exceptionnel avec citations à l'Ordre de l'Armée
8 citations - Blessé de guerre à deux reprises
Membre d'Honneur du Cercle Esprits de Défense


L'Aspirant Francis Masset (droite) à l'Offizierkasino de Rottweil. Les soldats marqués d'une croix sont ceux qui ont été tués par la suite en Indochine.
L'Aspirant Francis Masset (droite) à l'Offizierkasino de Rottweil. Les soldats marqués d'une croix sont ceux qui ont été tués par la suite en Indochine.


Francis Masset



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : reportez-vous à la page : "Conditions générales d'utilisation du site et des services d'i-defense.org" dans la rubrique "A propos".

Défense | Parlement | Cercle Esprits de Défense | Mémoires | Tourisme de mémoire | Jeunesse | Lorraine | Relations franco-allemandes | Réserve citoyenne | Tribunes | Bons plans | A propos d'I-Defense















Mon oeil ! sur les relations franco-allemandes

Le 11 novembre en France et en Allemagne : entre commémoration et carnaval

Le 11 novembre reste une journée particulière pour les Français et les Allemands. Si les premiers commémorent l'Armistice du 11 novembre et les Morts pour la France, les Allemands, eux, ouvrent à 11h11 la période des carnavals. Ma Chronique...

Le 9 novembre, une journée allemande et franco-allemande

Cette Chronique France-Allemagne de Radio Jerico est consacrée à la journée du 9 novembre qui ne vit pas que la Chute du Mur de Berlin, la tentative de putsch d'Adolf Hitler en 1923, ou de la Nuit de Cristal en 1938. La journée du 9 novembre fut...

Pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural

J’ai le plaisir de vous informer de la publication de mon article « pour une Grande Europe de l'Atlantique à l'Oural » dans le magazine « Sans frontières » de l'Institut franco-russe de Donetsk et du département français des...

20 juillet 1944, l’opération « Walkyrie », une histoire méconnue de la résistance à Hitler

En ce 20 juillet, l'Allemagne commémore les résistants au IIIème Reich. Ceux de l'opération Walkyrie, c'est-à-dire ceux de la conjuration de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Après l'échec de plusieurs tentatives de soulèvement en 1943...